gari ou garri ['gaʁi] n. m.
les citations
Hautes-Alpes, Provence fam.
1. "(désignation affectueuse d’un petit enfant)". Synon. région. drôle*, gars*, gone*, minot*, tiot*.
1. Comme cela ne s’invente pas, la mère de Roger Memoli se prénomme Zola. Lui, le « garri » de Sainte-Marthe à Marseille, ce quartier populaire par excellence, lui, le « petit » d’une famille de sept enfants, a dérapé après le certificat d’études. (Le Monde, 1er décembre 1994, 13.)
— Le plus souvent comme terme d’adresse affectueux à l’égard d’un enfant, ou amical à l’égard d’un adulte.
2. – Je te l’ai dit, mon gàri : tu comprends rien à rien. (J. Rambaud, Adieu la raille, 1964, 30.)
3. La mère […] se met à tirer énergiquement le gamin par le bras.
– Allez, vaï*, viens mon petit gari […] ! (Otello, Les Histoires humoristiques de la pétanque, 1984, 191.)
4. – Ne te gêne pas, surtout, gari. Tu cherches quelque chose […] ? (Cl. Courchay, Quelque part, tout près du cœur de l’amour, 1987 [1985], 361.)
5. – Et à moi, tu me dis bonjour, mon gari ? demande le curé. / Il tend la main vers la Pitchoune*. (H. Abert, Le Saut-du-diable, 1993, 48.)
6. – Ça fait une plombe que j’attends ! hurla-t-il en tapant sur le comptoir. […]
– Je suis pas sourde, mon garri. Qu’est-ce que je te sers ? (M. Courbou, Les Chapacans, 1994, 10.)
7. [Une prostituée aux hommes qui passent] – Par ici, mes garris ! Par ici la pipe joyeuse ! lança l’une d’elle[s]. (M. Courbou, Les Chapacans, 1994, 49.)
8. – Eh oui, gari, la police fait son travail. (Fr. Thomazeau, Qui a tué Monsieur Cul ?, 1998 [1997], 104.)
9. – […] Ah, tu sais, gari, ça me ferait sincèrement plaisir de te voir si je n’étais pas dans ce triste état […]. (Fr. Thomazeau, Qui a noyé l’homme-grenouille ?, 1999, 17.)
V. encore ici ex. 10.
□ En emploi métalinguistique.
10. – Tu viens, « gari »…
– Non, « bicou », répondis-je en écho.
« Gari » et « bicou » sont à Marseille des petits mots d’amitié. (Y. Audouard, Les Nouveaux Contes de ma Provence, 1987, 89.)
2. faire le gari loc. verb. "renvoyer, par jeu, les rayons du soleil avec un miroir ou tout objet réfléchissant (et les diriger dans les yeux d’une personne)".
— Par anal.
11.Té*, la Durance fait le gari avec nous, dit le jeune homme. Quand j’étais petit, j’adorais ça, attraper le soleil avec un miroir et l’envoyer dans l’œil des filles. (Fr. Fernandel, L’Escarboucle, ma Provence, 1992, 71.)
12. Pendant que le balancier de la grande horloge fait le « garri » sur les tomettes bosselées, Pessu [un chat] joue avec un bouchon, près de la desserte. (M. Fillol, Petites Chroniques des cigales, 1998, 64.)

graphie. L’absence de tradition écrite du mot dans la lexicographie française fait hésiter à l’écrit entre garri et gari ; d’autre part, les graphies avec ‑â- ou ‑à- indiquent que la première syllabe est porteuse de l’accent tonique.
◆◆ commentaire. Transfert récent, sans adaptation accentuelle, de pr. garri "souris" (dep. le 15e s., Lv), le mot n’est pas pris en compte par les dictionnaires généraux contemporains. 1. Fondé sur un changement sémantique de type hypocoristique (non attesté en pr. ; cf. fr. mon rat dep. 1808 et ma rate dep. Trév 1752, FEW), ce sens est attesté en français dep. 1964 (v. ici ex. 2). 2. Analogie fondée sur le caractère furtif du rayon de soleil ainsi réfléchi, la locution, empruntée au pr. faire lou gàrri, de même sens (Mistral), est attestée en français de Marseille dep. 1931 (cf. Suisse romande et Savoie fr. faire la rate, ConstDésSav 1902, Pierreh, v. FEW).
◇◇ bibliographie. (1.) BouvierMars 1986 gàrri ; MartelProv 1988 ; BlanchetProv 1991 garri ; ArmanetBRhône 1993 garri "gros rat" ; CovèsSète 1995 garri « connotation agressive » ; ArmKasMars 1998 gàrri, gari ; MartelBoules 1998 ; BouisMars 1999 ; aj. à FEW 4, 71b-72a *garrium. – (2.) BrunMars 1931 faire le garri ; BouvierMartelProv 1982, 50 ; BouvierMars 1986 ; ArmKasMars 1998 gàrri, gari ; BouisMars 1999 ; FEW, 10, 121b-122b, ratt-.
△△ enquêtes. EnqDRF 1994-96. Taux de reconnaissance : (sens confondus) Var, 100 % ; Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, 80 % ; Vaucluse, 65 % ; Alpes-de-Haute-Provence, Hautes-Alpes, 50 %.